La grippe aviaire : explications

La grippe aviaire est une maladie virale très contagieuse qui touche diverses espèces d’oiseaux destinés à la consommation (poulets, dindes, cailles, etc.), d’oiseaux de compagnie et d’oiseaux sauvages. Parfois, les mammifères, dont les humains, peuvent contracter la grippe aviaire. (prenons comme exemples les virus H5N1 & H7N9, qui, parfois, provoquent des infections mortelles chez l’homme).

Dans ce contexte, Kersia met tout en œuvre pour soutenir les exploitations avicoles en proposant des solutions et produits de biosécurité complets et testés, par le biais de ses programmes de « Nettoyage, Désinfection et Protection ».

null

Informations générales

null

Sources de contamination

null

Programme de prévention

null

Gestion active

null

Produits

Grippe aviaire –
Informations générales

La grippe aviaire (également connue sous le nom d’influenza aviaire, IA) est une maladie virale très contagieuse qui touche diverses espèces d’oiseaux destinés à la consommation (poulets, dindes, cailles, etc.), d’oiseaux de compagnie et d’oiseaux sauvages. Parfois, les mammifères, dont les humains, peuvent contracter la grippe aviaire. Même si la plupart des virus de l’IA n’infectent pas les humains, certains, comme le H5N1 et le H7N9, ont provoqué des infections mortelles chez l’homme.

Il existe de nombreuses souches du virus de l’IA, que l’on classe généralement en deux catégories, selon la gravité de la maladie chez les volailles :

  • Les souches faiblement pathogènes (IAFP) → qui entraînent peu ou pas de signes cliniques chez les volailles
  • Les souches hautement pathogènes (IAHP), qui peuvent quant à elles entraîner des signes cliniques graves et des taux de mortalité potentiellement élevés chez les volailles

À ce jour, les virus de la grippe aviaire de type A hautement pathogène d’origine naturelle qui causent une maladie clinique aiguë chez la volaille n’ont été associés qu’aux sous-types H5 et H7 (à savoir, de nombreux sous-types dont H5N1, H5N2, H5N5, H5N6, H5N8, et H7N9).

Chaque fois que des virus de la grippe aviaire hautement pathogène ou des virus de la grippe aviaire des sous-types H5 et H7 (en raison de leur potentiel de mutation) sont détectés au sein d’exploitations de volailles dans le cadre d’une surveillance régulière, ceci doit être déclaré et faire l’objet de mesures de précaution afin de prévenir toute potentielle infection de l’homme par ces virus de la grippe aviaire.

Outdoors_chicken_farm-Getty_Images-Kersia-125

LA GRIPPE AVIAIRE EN QUELQUES FAITS ET CHIFFRES

Virus IA – Grande stabilité au sein de l’environnement, très contagieux !

Les virus de la grippe aviaire de type A peuvent survivre :

  • Plus de 30 jours à 0 °C (32 °F) (plus d’un mois lorsque la température est négative)
  • 6 jours à 37 °C (98,6 °F) (une semaine lorsque la température est égale à celle du corps humain)
  • Des décennies dans les lacs en permanence gelés
  • Sur des surfaces dures non poreuses telles que le plastique ou l’acier inoxydable, pendant 24 à 48 heures
  • Sur les vêtements, le papier et les mouchoirs, pendant 8 à 12 heures
  • Le virus de l’IA ne se transmet pas par la consommation de volailles et d’œufs correctement préparés :
    • il doivent être bien cuits (la cuisson à 70 °C inactive le virus H5N1)
    • évitez la contamination croisée entre aliments crus et cuits

REMARQUE : les virus ne peuvent pas se multiplier sans un « hôte », contrairement aux bactéries

L’inactivation du virus est possible dans les conditions qui suivent :

  • 30 minutes @ 60 °C (140 °F)
  • Environnement à pH acide
  • Présence d’agents oxydants spécifiques tels que le dodécylsulfate de sodium, les solvants lipidiques et la propiolactone B
  • Exposition à des désinfectants spécifiques

Grippe aviaire – Sources de Contamination

Dans une ferme, les possibilités de contamination sont nombreuses : des sources externes et internes peuvent être responsables de l’apparition d’une maladie. Il est essentiel de contrôler vos locaux, les structures dans lesquelles se déroulent vos opérations et votre programme de biosécurité pour identifier les éventuels points faibles et apporter les ajustements nécessaires en conséquence.

Des mesures de biosécurité strictes ainsi que des bonnes pratiques en matière d’hygiène sont essentielles pour protéger des épidémies et éviter la propagation de cette maladie contagieuse.

Contact direct

Dans une ferme, les possibilités de contamination sont nombreuses

Aliments contaminés

Dans une ferme, les possibilités de contamination sont nombreuses

Matières contaminées

(comme les chaussures, vêtements, véhicules, équipements, etc.)

Programme de prévention – Les mesures essentielles

Kersia met tout en œuvre pour soutenir les exploitations avicoles en proposant des solutions et produits de biosécurité complets et testés, par le biais de ses programmes de « Nettoyage, Désinfection et Protection ».

Un nettoyage efficace des surfaces et des équipements garantit les meilleures conditions possibles pour la désinfection.

Une désinfection réussie implique l’élimination des micro-organismes grâce à la sélection d’un désinfectant éprouvé, appliqué selon le bon taux de dilution avec un temps de contact adéquat.

Des mesures de biosécurité complètes sont nécessaires pour empêcher les micro-organismes de pénétrer à nouveau au sein des bâtiments et équipements propres et de les contaminer.

icon

Mieux vaut prévenir que guérir !

Mesures de biosécurité générales

Mesures de nettoyage, désinfection et protection préventives

Dans les exploitations agricoles, il convient d’assurer la protection des animaux contre toutes les sources et entrées extérieures :

  • Contrôler l’accès aux bâtiments (visiteurs, personnel…) : utilisation d’équipements de protection individuelle pour accéder aux bâtiments abritant l’élevage – Procédures de nettoyage et de désinfection.
  • Limiter l’arrivée de véhicules extérieurs sur le site, y compris ceux utilisés pour le transport des animaux. Appliquer systématiquement les procédures de nettoyage et de désinfection aux véhicules.
  • Renforcer l’entretien des bâtiments, les moyens de lutte contre les parasites, contre les rongeurs…
  • Renforcer les procédures de nettoyage et de désinfection pour toutes les surfaces des bâtiments et des équipements et pour l’environnement de manière générale.
  • Surveiller les entrants (nourriture, eau…)
  • Surveiller la santé des animaux (signes ou symptômes anormaux…)

Si la maladie est déclarée

Confinement – Isolement – Gestion de crise

Si le cas est avéré, mettre en place une procédure de gestion des zones dangereuses comprenant :

  • L’élimination des animaux : l’abattage de tous les animaux dans les locaux concernés.
  • L’isolement et la sécurisation du site : des procédures de confinement et d’isolement rigoureuses et contrôlées.
  • Le nettoyage et la désinfection des locaux en collaboration avec les autorités compétentes et les prestataires de services sélectionnés

Grippe aviaireGestion active

Nettoyage, désinfection & protection –
Étape par étape

1. Nettoyage

  • La sélection, la concentration et l’application des produits sont les clés d’un nettoyage réussi.
  • Un nettoyage efficace des surfaces et des équipements garantit les meilleures conditions possibles pour la désinfection.

2. Désinfection

  • La sélection, la concentration et l’application des produits sont les clés d’une désinfection réussie.
  • Une désinfection réussie implique l’élimination des micro-organismes grâce à la sélection d’un désinfectant éprouvé, appliqué selon le bon taux de dilution avec un temps de contact adéquat.

3. Protection - par la gestion de l’hygiène

  • La sélection, la concentration et l’application des produits sont les clés d’une protection réussie.
  • Rendez obligatoire la désinfection des bottes, des roues, des véhicules, des mains et des équipements avant et après l’entrée dans les locaux ou les différentes zones du site, et proposez les moyens de le faire.
  • Nettoyage et désinfection du système d’eau & désinfection de l’eau

4. Protection - par la gestion structurelle

Mettez en œuvre des mesures supplémentaires pour empêcher le virus de la grippe aviaire de pénétrer dans votre bâtiment :

  • Protection contre les entrées et les déplacements non contrôlés (personnes, véhicules, animaux sauvages) ; notamment, les oiseaux sauvages doivent rester à l’extérieur et votre troupeau de volailles à l’intérieur, les clôtures doivent être intactes, les portails verrouillables, etc.
  • Limitation de la circulation des personnes et des véhicules au minimum nécessaire, tenue d’un registre des visiteurs
  • Mise en œuvre systématique du principe de « zones PROPRES et zones SALES » :
    • Pénétrer dans les locaux uniquement avec des vêtements de travail et après une douche
    • Les vêtements de ville et les vêtements de travail de protection sont tenus à distance les uns des autres avant et après l’entrée dans les zones de production
    • Division des locaux de l’entreprise en « zones PROPRES » (animaux, aliments, litière, etc.) et en « zones SALES » (lisier, carcasses etc.)
    • Évitez les croisements, entre les « zones PROPRES » et les « zones SALES »
    • Stockage des carcasses dans un conteneur fermé ou une structure similaire, protégé(e) contre tout accès non autorisé et l’entrée des vermines, rongeurs, animaux sauvages ou encore la fuite de liquides, et qui est facile à nettoyer et à désinfecter
    • Transfert des carcasses le plus près possible de la route, sur un sol pavé facile à nettoyer et à désinfecter, afin que le véhicule de l’établissement de transformation des sous-produits animaux n’ait pas à circuler au sein du site

Les livraisons d’aliments et de litière ainsi que le chargement ou le déchargement des animaux se font uniquement sur les zones de circulation (pas de circulation ni d’accès par des personnes extérieures dans les zones de production)

  • Les aliments, la litière et les autres ressources sont stockés de manière sécurisée et sont protégés des oiseaux sauvages
  • Formation spéciale des employés sur les risques de transmission de la grippe aviaire
  • Contrôle continu des nuisibles, avec documentation
  • Surveillance continue de la santé des animaux (signes ou symptômes anormaux…)

Cas de grippe aviaire avéré

En cas d’infection avérée par les virus de la grippe aviaire, la procédure de gestion des zones dangereuses comprend :

  • L’élimination des animaux : l’abattage de tous les animaux dans les locaux concernés.
  • L’isolement et la sécurisation du site : des procédures de confinement et d’isolement rigoureuses et contrôlées.
  • Le nettoyage et la désinfection des locaux en collaboration avec les autorités compétentes et les prestataires de services sélectionnés

Solutions Kersia contre la grippe aviaire

Les solutions Virex, Fumagri Effisafe, Hypred Force 7, Viroshield, HPPA, Virobacter et Kilcox Extra ont toutes été récemment testées avec succès contre le virus de la grippe (H5N2 et H1N1) par VIRHEALTH selon la méthode de test normalisée EN14675 et/ou EN17122 évaluant l’efficacité.

L’opinion des experts Kersia

Téléchargez la version PDF

Articles connexes

Contacter les experts Kersia